Skip to content. | Skip to navigation

Personal tools

You are here: Home / Library / RBINS Staff Publications / Atelier sidérurgique du Haut-Empire à Nereth 2 (Baelen). Campagnes de fouille 2013-2014

Heike Fock, Sophie de Bernardy de Sigoyer, Denis Henrard, Mona Court-Picon and Olivier Colette (2015)

Atelier sidérurgique du Haut-Empire à Nereth 2 (Baelen). Campagnes de fouille 2013-2014

In: Journées d’Archéologie en Wallonnie, Rochefort 2015, pré-actes, ed. by SPW Editions, pp. 57-59.

Pour rappel, une évaluation dans le cadre de l'extension de la zone d'activités économiques East Belgium Park avait révélé, en 2011, une occupation antique s'éten­dant sur 7.000 m². Elle jouxte l'habitat germanique de Nereth 1 mis au jour en 2003 lors de l'opération TGV (Hanut et al., 2012). Les campagnes de fouilles menéesen 2013 et 2014 (Fock et al., 2014b) ont permis d'en investiguer 2.700 m² et de recouper 455 faits archéo­logiques appartenant à deux occupations successives (Fock et al., 2015). Localisé dans l'arrière-pays du plateau de Herve, le site de Nereth 2 occupe le versant nord de la vallée du ruis­seau de Baelen, un affluent de la Vesdre. Actuellement canalisé et enterré à proximité du site archéologique, ce ruisseau devait prendre source en contrebas de la route reliant Eupen à Welkenraedt, au sein d'une tête de vallon peu marquée. Il longeait ensuite le chemin de Nereth dans un talweg dont la largeur varie entre 10 et 100 m. Le vallon est traversé par une faille mettant en contact discordant des terrains détritiques et carbonatés (Synclinorium de Verviers, Massif de la Vesdre), ce qui crée un contexte géologique propice à la formation de minéralisations métalliques. Bien qu'aucune trace d'extraction d'époque romaine n'ait pu être détectée jusqu'à présent, ce contexte semble être à l'origine de la première occupation du versant par un atelier de réduction de minerai de fer. Il est contemporain (milieu 2e-milieu 3e siècle) de l'atelier de Horren situé sur le ver­sant opposé (Fock et al., 2014a ; F. Hanut, comm. pers.) et de celui de Corbusch, implanté 1.300 m à l'ouest (Bosquet et al., 2004). Sur le site de Nereth, les traces liées à la sidérurgie s'étendent actuellement sur plus de 1.500 m². Cinq aires de travail ont pu être localisées sur le versant, dont apparemment une seule était dotée d'une couverture permanente. Mais l'essentiel de l'activité se concentrait le long du ruisseau, en bordure de la zone inondable : 2 aires de chauffe et 17 vestiges de bas fourneaux protégés par des abris ont été mis au jour jusqu'à présent, à l'extrémité méridionale du décapage (fig. 31 : 1-6). Comme la fouille de ce secteur, entamée au mois d'octobre 2014, a dû se cantonner à la surface protégée par un chapiteau, une des aires de réduction (fig. 31 : 5-6) n'a pu être relevée com­plètement et, par conséquent, n'a pas encore été fouillée. Toutefois, les reconstructions continuelles des fours, les réaménagements des superstructures et les rejets de pous­sières de minerai grillé et de charbon de bois s'étalant sur plus de 45 m² en aval désignent le secteur comme un espace d'activité permanente. Le corpus des bas fourneaux révèle des variations et évo­lutions techniques affectant leur mode de construction (cuves creusées dans le substrat, lutées ou aménagées dans un remblai de blocs argileux blanchâtres), leur orientation, le plan et la dimension de leur cuve et le type de ventilation. Quant au minerai de fer réduit sur place, sa provenance reste à ce jour indéterminée. En effet, les vastes creusements repérés au nord de l'occupation et interprétés d'abord comme des traces d'extraction de minerai de fer correspondent en fait à une exploitation ciblant les couches d'altérite du substrat dolomitique : argiles litées et sable dolomitique (É. Goemaere, comm. pers.). Leur usage éventuel dans le cadre de la sidérur­gie, comme matériau de construction des bas fourneaux pour l'un, et comme fondant pour l'autre, ne pourra être envisagé qu'après investigation archéométrique. Mise à part l'extraction du minerai, tous les autres mail­lons de la chaîne opératoire de la réduction ont pu être documentés : aires de chauffe du minerai, aire de concas­sage, zones de stockage et de déchets et un bas foyer utilisé pour l'épuration des masses de fer brutes. Il faudra attendre l'analyse des déchets prélevés pour savoir si la post-réduction s'étendait à un travail de forge, comme le suggèrent quelques scories en forme de calottes. Bibliographie Bosquet D., Mathieu S. & Collette O., 2004. Baelen/Baelen : atelier de métallurgistes gallo-romains au lieu-dit « Corbusch », Chronique de l'Archéologie wallonne, 12, p. 104-107. Fock H., de Bernardy de Sigoyer S., Henrard D. & Collette O., 2014a. Baelen/Baelen : artisanat paléométallurgique à « Horren », Chronique de l'Archéologie wallonne, 21, p. 160-163. Fock H., de Bernardy de Sigoyer S., Henrard D. & Collette O., 2014b. Baelen/Baelen : atelier paléométallurgique et établissement rural sur le site de Nereth 2, Chronique de l'Archéologie wallonne, 22, p. 168-171. Fock H., de Bernardy de Sigoyer S., Henrard D. & Collette O., 2015. Établissement rural du Bas-Empire à Nereth 2 (Baelen). Campagnes de fouille 2013-2014. In : Frébutte C. (coord.), Pré-actes des Journées d'Archéologie en Wallonie, Rochefort 2015, Namur, Service public de Wallonie (Rapports, Archéologie, 1), p. 65-66. Hanut F., Goffioul C. & Goemaere É., 2012. L'établissement germanique du Bas-Empire à Baelen/Nereth, province de Liège (Belgique). In : Annaert R.,Jacobs T., In't Ven I. & Coppens S. (éd.), The very beginning of Europe ? Cultural and Social Dimensions of Early-Medieval Migration and colonisation (5th-8th century). Archeaology in Contemporary Europe. Conference Brussels – May 17-19 2011, Brussels (Relicta Monografieën, 7), p. 243-253.
Abstract of an Oral Presentation or a Poster
Related content
Earth and History of Life

Document Actions

Menu

 
RBINS Staff
add or import reference(s)
  • add a PDF paper
    (Please follow editors copyrights policies)
  • add a PDF poster