Skip to content. | Skip to navigation

Personal tools

You are here: Home / Library / RBINS Staff Publications 2019 / Varanidé, Saniwa orsmaelensis, de l'Eocène basal du Nord-Ouest de l'Europe

Annelise Folie, Marc Augé, Richard Smith, Alain Phélizon, Paul Gigase and Thierry Smith (2019)

Varanidé, Saniwa orsmaelensis, de l'Eocène basal du Nord-Ouest de l'Europe

In: Les cahiers de la Réserve Naturelle Sainte-Victoire - Cahier numéro spécial, vol. Congrès APF 2019 - Livret de résumés, pp. 30, Association Paléontologique Française.

Saniwa est un genre éteint de lézard varanidé de l’Eocène européen et nord-américain et taxon frère du groupecouronne Varanus. Jusqu’à maintenant, seule une espèce, Saniwa orsmaelensis était rapportée en Europe, dans l’Eocène basal de Dormaal, Belgique. Cette espèce, originellement nommée par Louis Dollo il y a presqu’un siècle, est le plus ancien varanidé d’Europe. Malheureusement, le matériel diagnostique était limité à quelques vertèbres, décrites assez brièvement et non figurées, si l’on excepte une vertèbre dorsale désignée comme lectotype. Nous décrivons et illustrons ici de nouveaux spécimens de Dormaal ainsi que du Quesnoy, Bassin de Paris, France, incluant des restes crâniens (maxillaire, dentaires et pariétal), permettant de confirmer la validité de ce taxon européen. Ces nouveaux spécimens permettent en effet de nouvelles comparaisons avec l’espèce-type Saniwa ensidens, de l’Eocène moyen des formations de Bridger et de Green River, Wyoming, Etats-Unis et permettent d’amender la diagnose de S. orsmaelensis. La présence de S. orsmaelensis est restreinte à l’Eocène inférieur du Nord-Ouest de l’Europe et son origine géographique n’est pas encore certaine car Saniwa apparait simultanément en Amérique du Nord en Europe. La présence relativement brève des lézards varanidés dans le Paléogène Européen pourrait résulter des rapides changements environnementaux aux alentours du Paleocene Eocene Thermal Maximum qui ont permis de nombreux échanges fauniques dans l’hémisphère nord. Cependant, le sens de ces migrations n’est pas encore connu. Par ailleurs, les considérations paléogéographiques liées à la distribution du genre Saniwa suggèrent une origine asiatique bien qu’une origine africaine ne puisse être complètement exclue. Ce résumé est une contribution au projet réseau Belspo Brain BR/121/A3/PalEurAfrica financé par le Bureau de la Politique Scientifique Belge.
Proceedings, RBINS Collection(s), Abstract of an Oral Presentation or a Poster
Paleontology

Document Actions