Skip to content. | Skip to navigation

Personal tools

You are here: Home / Library / RBINS Staff Publications / Reconstruction et analyse biomécanique du Neandertal « Spy II » en utilisant le logiciel lhpFusionBox

T. Chapman, P. Semal, F. Moiseev, V. Sholukha, S. Louryan, M. Rooze and S. Van Sint Jan (2015)

Reconstruction et analyse biomécanique du Neandertal « Spy II » en utilisant le logiciel lhpFusionBox

Morphologie, 99(326):83.

En 1886, la mise au jour de deux squelettes néandertaliens dans les sédiments de la terrasse de la grotte de Spy, en Belgique, fut une découverte majeure. Une étude pluridisciplinaire des fossiles a permis la découverte de nouveaux ossements néandertaliens qui appartiennent au squelette nommé « Spy II ». Bien que partiel, le squelette de Spy II est un de plus complets trouvés à ce jour ; il a donc servi dans cette étude comme de base à la reconstitution d’un squelette néandertalien virtuel. Les éléments osseux provenaient des fossiles Kebara 2 pour le bassin (en provenance d’Israël) et Neandertal 1 pour le fémur (Allemagne). Ces fossiles complémentaires présentaient des dimensions différentes de celles de Spy II. Afin de mettre ces ossements à l’échelle de Spy II, le logiciel lhpFusionBox, développé au LABO, a été amélioré afin de permettre des remises à l’échelle par utilisation d’os différents (en général, une telle remise à l’échelle se fait en utilisant des os homologues). L’utilisation de ces outils a permis l’obtention d’un modèle de membres inférieurs aussi proche que possible des dimensions et proportions du spécimen Spy II. Le modèle de membres inférieurs ainsi acquis a ensuite été augmenté d’une estimation des lignes d’actions de muscles ischio-jambiers. Enfin, ce dernier modèle a été fusionné avec un jeu de données cinématiques collectées sur un volontaire. Ceci a permis d’estimer le bras de levier des muscles reconstitués et de déterminer si les surfaces articulaires du modèle de Néandertalien est compatible avec la cinématique moderne. Les résultats semblent démontrer que les articulations des membres inférieurs des Néandertaliens était conciliable avec les mouvements de l’Homo Sapiens. Par contre, les estimations quantifiées des bras de levier musculaires du Néandertalien étaient plus élevés que ceux l’homme moderne. Ceci présente évidement un avantage mécanique conférant un plus grand moment musculaire. Plus récemment, le squelette a été entièrement reconstitué. Les modèles 3D virtuels des os ont ensuite été imprimés en 3D en taille réelle. Ces os ont servis de base à une reconstitution artistique hyperréaliste de l’Homme de Spy, visible à l’Espace de l’Homme de Spy à Onoz (province de Namur, Belgique).

Abstract of an Oral Presentation or a Poster

Document Actions

Menu

 
RBINS Staff
add or import reference(s)
  • add a PDF paper
    (Please follow editors copyrights policies)
  • add a PDF poster